Saturday 3 January 2015

Reboissement de terres agricoles

Comment reboisser des terres agricoles ?

Continue reading...

Friday 11 April 2014

Explosion de fleurs...

Normandie, magnifique Normandie,

En ces jours, la nature explose et les pommiers de Normandie sont en fleurs.

Un bouquet plus que magique de blanc, rose, rouge a envahie la région.

Le pommier est de la famille des rosacées, il fleurit au printemps et donnera des fruits à l’automne. Il existe des centaines de variété de pommier.

Profitez de cette belle image, encore du CO2 transformé en fruit...

PICT1113.jpg

Thursday 10 April 2014

Effet De Serre

Selon les experts du Giec, nos émissions de gaz à effet de serre conduiront à un réchauffement planétaire de 1,4°C à 5,8°C d’ici 2100. Tandis que les états hésitent sur la stratégie à adopter pour contrer ce bouleversement climatique, les scientifiques poursuivent leur recherche dans les glaces polaires, au fond des océans, dans les airs ou aux commandes de supercalculateurs pour cerner au mieux les rouages complexes du climat.

Source CEA.

Tuesday 8 April 2014

Evolution préoccupante du taux de CO2 présent dans l'atmosphère

Deux articles, publiés jeudi 17 mai, révèlent des résultats préoccupants sur l’évolution du taux de CO2 présent dans l’atmosphère. Cette évolution est le résultat des émissions (combustibles fossiles, déforestation), pondérées par les puits de carbone (océans, écosystèmes continentaux) qui absorbent près de la moitié des émissions. Selon une collaboration internationale (1) impliquant Philippe Ciais du LSCE/IPSL (2), les émissions du CO2 des combustibles fossiles ont augmenté plus rapidement que prévu. Ces analyses font l’objet d’un article publié dans Proceedings of the National Academy of Sciences. L’autre étude, publiée dans Science, menée par une équipe internationale de scientifiques spécialisés dans l’observation et la modélisation du cycle de carbone océanique et atmosphérique, comprenant des équipes du LSCE/IPSL et du LOCEAN/IPSL (3), démontre une saturation du puits de carbone dans l’océan Austral. L’intensification des vents dans cette zone, en brassant les eaux de surface avec celles des profondeurs, riches en CO2, limite la quantité de CO2 atmosphérique que l’océan est capable d’absorber. Ces deux résultats vont dans le sens d’une accélération de l’augmentation du CO2 atmosphérique au cours des prochaines décennies.

Source : Service presse CNRS (Centre National de la Recherche Scientifique)

Monday 7 April 2014

Le changement climatique en passe de franchir un nouveau seuil


PARIS - Le changement climatique s’apprête à franchir un cap: le plus célèbre instrument de mesure de la concentration de CO2 dans l’air va bientôt atteindre les 400 ppm, niveau inégalé depuis des millions d’années et signe d’un réchauffement lancé sur une trajectoire inquiétante.

Le 29 avril, la concentration du principal gaz à effet de serre (GES) était de 399.50 parties par million (ppm) au-dessus du volcan Mauna Loa de Hawaï où des mesures sont effectuées depuis 1958, la plus longue séquence jamais enregistrée dans ce domaine.

Et le seuil des 400 ppm pourrait être atteint ce mois-ci, selon la Scripps Institution of Oceanography de San Diego qui collecte ces données connues comme la courbe de Keeling, du nom du scientifique américain Charles Keeling à l’origine du projet.

Ce graphe est l’une des plus fameuses pièces à charge contre le rôle de l’homme dans le réchauffement du globe. Depuis les premières mesures, établies à 316 ppm, la courbe croit sans discontinuité. Jusqu’à la révolution industrielle et le recours massif aux énergies fossiles, ce taux n’avait pas dépassé les 300 ppm durant au moins 800.000 ans, selon des prélèvements dans la glace polaire.

Urgence

Ce seuil de 400 ppm a le même type de signification qu’un indice boursier qui dépasserait un niveau symbolique, explique à l’AFP Ralph Keeling, qui poursuit les travaux de son père. Il est d’abord important pour la perception que les hommes ont du changement en cours. C’est un jalon, estime-t-il.

De fait, il ne s’agira alors que d’un taux journalier qui, quand la végétation aura repoussé et absorbera une partie du CO2, descendra à nouveau.

Pour le climatologue français Jean Jouzel, la valeur moyenne annuelle de 400 ppm devrait être atteinte dans deux ou trois ans. Mais ça n’empêche pas que ce soit très marquant de dépasser pour la première fois les 400 ppm, souligne-t-il.

Et pas n’importe où. Certes une telle valeur a déjà été dépassée en juin dernier au-dessus de l’Arctique, mais l’intérêt de Hawaï, c’est que c’est une valeur moyenne pour l’hémisphère nord. C’est vraiment la série de référence, explique M. Jouzel.

Au point que la responsable de l’ONU Christiana Figueres a brandi cette semaine ces chiffres devant les délégations du monde entier réunies à Bonn pour reprendre les laborieuses négociations sur la lutte contre le changement climatique.

Je vous accueille avec une inquiétude plus vive et un sens de l’urgence plus fort, a-t-elle lancé aux négociateurs qui doivent élaborer d’ici 2015 un accord qui engagerait tous les pays à réduire leurs GES.

L’objectif fixé par la communauté internationale est de contenir le réchauffement à 2°C par rapport aux niveaux pré-industriels, seuil au-delà duquel les scientifiques mettent en garde contre un emballement du système climatique avec son cortège d’évènements extrêmes.

Or, 400 ppm de CO2 met déjà la planète sur la trajectoire d’une hausse moyenne de 2,4 degrés, selon le dernier rapport des experts de l’ONU sur le climat (Giec).

Au rythme actuel on devrait atteindre une valeur de 450 ppm vers 2040, indique Jean Jouzel. Soit une hausse du thermomètre autour de 3°C.

Et les perspectives sont sombres: non seulement la consommation énergétique mondiale s’envole, mais on émet aujourd’hui toujours autant de CO2 pour chaque unité d’énergie produite qu’en 1990, selon l’Agence Internationale de l’Energie.

La dernière fois que la planète a connu une concentration de plus de 400 ppm de CO2, c’était il y a entre 3 et 5 millions d’années durant l’ère du pliocène. La température était de 3 à 4 degrés de plus qu’aujourd’hui et le niveau des mers cinq à 40 mètres plus haut, selon la Scripps Institution of Oceanography.

Source ROMANDIE (©AFP / 02 mai 2013 18h50)

Sunday 6 April 2014

Origine du mot "forêt"

Du bas latin forestis [1] sous-entendant silva de forum (« tribunal ») : soit le sens initial de « forêt relevant de la cour de justice du roi » puis « territoire soustrait à l’usage général et dont le roi se réserve la jouissance » (1121-34) forest (« vaste étendue de terrain peuplée d’arbres »).

Source "wiktionary".

Sunday 23 March 2014

Bienvenue sur Cap'Forêt

Vous êtes sur le Blog de Cap’Forêt.

Vous allez pouvoir faire un geste pour la planète. En soutenant la plantation d’arbres, vous participerez à la lutte contre l’effet de serre.
Vous pourrez aussi faire un calcul de vos émissions en CO2, et estimer la quantité d’arbres à planter.
Ce blog se veux ludique, instructif et éducatif. Il est aussi citoyen, citoyen du monde pour les générations futurs.

"Les forêts précèdent les peuples, les déserts les suivent".
F.R. De Chateaubriand.

page 2 of 2 -